Tous les articles tagués poemes

3 Articles
ty_jestes_aniol_ja_jestem_trup_by_wyrazobcy on Deviantart

Anne, je vous supplie, à baiser apprenez

Anne, je vous supplie, à baiser apprenez,
A baiser apprenez, Anne, je vous supplie,
Car parmi les plaisirs qu’en amour on publie,
Les baisers sont divins quand ils sont bien donnés.

Je suis, et comme moi plusieurs sont étonnés,
Ayant ainsi la bouche en beauté accomplie,
Et de si bonne odeur l’ayant ainsi remplie,
Qu’à baiser un peu mieux vous ne vous adonniez.

Ce n’est pas tout d’être ensemble bec à bec,
Les lèvres se pressant d’un baiser toujours sec,
Il faut que l’une langue avec l’autre s’assemble,

Ores à son ami doucement la donnant,
Ores à son ami doucement la prenant,
La suçant, étreignant et mordant tout ensemble.

Olivier de Magny  “Anne”

[ Poète Français, ami de Ronsard et De J. Du Bellay (protagonistes de la Pléiade). Né en 1529, il décède en 1561 laissant derrière lui des oeuvres comme : Les Amours (1553), Les soupirs (1557) et les Odes (1559) ].

[Souce : Collisions sur FB]

Ma vie en ton pouvoir.. Que j’ai crue infinie

Prozac [Faience brune]- Sculpture ©LilaVert

Prozac [Faience brune]- Sculpture ©LilaVert

Dans mon chagrin, rien n’est en mouvement
J’attends, personne ne viendra
Ni de jour, ni de nuit
Ni jamais plus de ce qui fut moi-même
Ma bouche s’est séparée de ta bouche
Ma bouche s’est séparée du plaisir
Et du sens de l’amour, et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n’avanceront plus, il n’y a plus de route
Ils ne connaîtront plus mon poids, ni le repos
Il m’est donné de voir ma vie finir
Avec la tienne
Ma vie en ton pouvoir
Que j’ai crue infinie
Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres.

Paul Eluard

au delà des mots.. mots dire.

Au delà des mots.. mots dire. Mots Perdus. 

Mots dire son blog (ou sur fb) – alias Pascal Sauvaire

/////

Pour échapper à tes dents
En embuscades depuis le jour d’après
Je ferme les yeux pour me surprendre.

Le silence doit se loger dans les blessures
Qui séparent les mots,
La parole elle n’a pas survécu.

Je ne voulais plus te regarder
Mai je te regarde.
Je ne devrais plus te regarder
Mais ton touché rafraîchit ma mémoire.
J’essaierai encore de t’oublier
Mais la brise de tes mots m’apaise.
Je ne dois plus te regarder,
L’instant présent doit être un poignard
Pour t’arracher à mon regard.

Texte ©Pascal Sauvaire

///// Au delà du dégout

Au delà de la peur
Nous aurons des jours
Pour faire battre
Ton cœur.
Nous aurons des jours
En long et en large
Des minutes enchantées
A ramasser à la pelle.
Nous aurons des nuits
Pour bruler ardeur et vie,
Pour jouir
En longueur pour l’un
En largeur pour l’autre
Et nous aurons
Des oui.
Texte ©Pascal Sauvaire


Book Graphiste freelance

Suivez-moi sur Instagram graphiste freelance, sculptures




Paperblog

Follow on Bloglovin

ouvrir